2M3.net c'est terminé !
Mais le bonheur continue sur after.io

En route vers l'aventure !
Index > Actus technologie & internet > Mais qu’est-ce que t’as dans le crâne ?
quoi de neuf?
Actu du 18-08-2014: WOOHOO
menu
Multijoueur Les Webcams Statistiques Annuaire des membres Top 30 des madames Top 30 des brèves
login
Pseudo :
Passe :
Mémoriser : Oublié?
Ouvrir un compte
en ce moment

A noter chez les membres :
- Cache vidé
- Hello Patric
- Cache vidé
- Cache vidé
- Cache vidé
Derniers entrants (+)
Article : Mais qu’est-ce que t’as dans le crâne ?
Mais qu’est-ce que t’as dans le crâne ?
Publiée le 27-12-2008 par o0o0o0o0o - 34780 clics 34780 21 coms 21

Au commencement était le singe, qui, par moult processus divers, a fini par donner naissance (avec quelques millions d’années de délai) à l’être humain. Les créationnistes présents sur ce site m’excuseront par avance pour ce raccourci fulgurant, mais il est plus commode d’étudier le cerveau dans une dynamique « à la Darwin » que sous un angle de conte de fées.
Un être humain normalement constitué possède donc deux bras, deux jambes, un torse, des organes reproducteurs et une boule ronde plantée au sommet.
Mais, que contient donc cette bouboule ? Les expérimentations menées sur des champs de bataille dès l’aube de l’humanité ont abouti à cette conclusion stupéfiante : « c’est beigeasse, ça saigne, c’est mou, c’est pas bon » (Bruthal, -22000).
Il n’en fallut pas plus pour lancer les recherches vis-à-vis de cet organe très bizarre, dont les fonctions ne sont pas directement perceptibles à l’œil nu, contrairement à (exemple pris totalement au hasard) un

C’est parti, entrons dans le vif du sujet.

1. Perspectives historiques

Aristote nous propose en premier lieu un postulat selon lequel la fonction de pensée n’a pas de relation avec le corps et les sens, et ne peut donc être détruite. Cette idée, que l’on considère volontiers comme saugrenue, a pourtant perduré jusqu’à la fin du 18ème siècle dans les écrits médicaux.
D’autres auteurs ont aussi localisé les processus mentaux dans le cerveau. Hippocrate (père de la médecine, serment, théorie des humeurs [lien] ) propose que le cerveau soit l’organe de l’intellect, en opposition avec le cœur, siège de l’organe de sens. Ca y est, on sait maintenant pourquoi les nanas ornent leurs skyblogs de petits cœurs.

Faisons maintenant un grand bon dans l’histoire. Y’a plein d’autres gens qui se sont penchés, entre temps, sur cette fameuse énigme du « mais à quoi sert cette purée dans la tête ».
Je voudrais insister un poilounet sur Gall, neurologue franco-allemand ayant sévi aux alentours de 1800/1828. Notre cher Gall est l’inventeur de (accrochez-vous, terme scientifique imbitable) la phrénologie. En d’autres termes, il a étudié des crânes, notamment leurs bosses, et déduit que, en regard de ces bosses, le cerveau était davantage développé. Paf, la bosse des maths, c’est lui. On peut lui attribuer aussi d’autres théories moins reluisantes : la bosse du crime, la bosse de l’amour, la bosse de l’esprit métaphysique, et j’en passe. Et comme un petit dessin parle souvent davantage que de longues phrases :


Un dessin parlant mieux que de longues phrases.


A noter au passage que, fait curieux, cette théorie a été récupérée par les grands allemands blonds pour décrier leurs ennemis à long nez. (Je ne parle pas des tamanoirs, suivez un peu).

Bref, connaître le cerveau, son fonctionnement, ses mécanismes tant normaux que pathologiques, c’est loin d’être de la tarte. De nombreuses théories, parfois antithétiques, coexistent, certaines disparaissent, d’autres arrivent en force, et ce, selon l’angle d’approche que l’on utilise. A l’heure actuelle, les progrès réalisés sont gigantesques, mais constituent un pas de fourmi paraplégique sur un baobab.

2. Et dedans, y’a quoi ?

Petite parenthèse d’anatomie (hey, promis, je fais vite).
Système nerveux = nerfs, moelle épinière, cerveau. Nerfs et moelle = cellules et fils de substance blanche qui transfèrent des informations. Cerveau = zone d’intégration.
On parle volontiers de substance grise pour le cortex, mais en réalité ce cortex est composé de moult sortes de cellules corticales.
On entend parfois parler de « cerveau reptilien » pour évoquer les instincts purement bestiaux, et bien c’est en quelque sorte un résidu de l’évolution de la vie sur terre, ce qui nous lie à nos cousins oiseaux et vélociraptors.

Page : [1] 2 3 4 5 6 >>

Les commentaires des membres :
- benjamin24 (26-05-2016): 1
Mois d'aprèsMois d'avantAgenda : Septembre
DiLuMaMeJeVeSa
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
MTN precedente la madame (716)
Madame semaine 716
Concours de cams
   
Tous les concours
       minichat (?)
(Vous n'êtes pas connecté)